• SVedana

Une terre pour tous, et tous sur la même terre (suite et fin)



Je vous ai parlé précédemment de mon Sri Lanka, de ses animaux et de toute la flore, mais je n'avais pas eu le temps de vous raconter....mes Sri Lankais...


Rien ni personne n'a donné aux Sri Lankais cette gentillesse et cette lumière présentent chez eux. Ils ne les doivent qu'à eux mêmes, ils les portent en eux. Il ne m'avait jamais été donné de rencontrer des personnes aussi vrais et chaleureuses ; leur sourire est un rayon de soleil, leur soif de contact, la curiosité qui les habitent. J'avais perdu confiance en l'humain, ils ont réussi à me convaincre sans le savoir qu'il y avait du bon encore.


J'ai pu échanger longuement avec un membre de l'équipe d'un des hôtels où je suis restée. Il était en charge du potager qui générait tous les fruits et légumes pour la cuisine. C'était sa fierté, et il était ravi de le faire visiter. Connaissez vous plus frais et équitable que des papayes et des carottes cueillis tout juste pour préparer le repas du soir? On échangeait des mots en français, il voulait apprendre, j'étais son professeur selon lui. Je lui notais des mots en français sur un petit papier qu'il avait toujours sur lui.



Le plus amusant (dommage que je n'ai pas de photo), c'était le guide du Musée d'Histoire Naturelle de Colombo, avec lequel j'ai eu presque une visité privée. Il avait en effet fini par ignorer les 3 autres personnes de mon groupe, remarquant qu'elles n'étaient pas intéressées par son savoir. J'étais la seule à l'écouter attentivement, il était assez amusant. Il avait plus de 50 ans je pense, et il a fini par me raconter tout concernant ses 5 enfants, et ce en même temps qu'il m'expliquait la géologie et les animaux au fil des siècles au Sri Lanka. J'ai su en peu de temps plus de choses sur sa vie, que je n'en connais sur certaines personnes que je côtoie.


Leurs habitants ont une certaine pudeur pour certaines choses, comme de cacher les jambes au niveau vestimentaire, hommes ou femmes sans distinction, et en même temps très ouverts pour connaitre les autres et leurs coutumes ou cultures, et ils les respectent et en majeur partie n'essayent pas de les changer. Tant de contradictions présentes dans ce beau pays. Dans les temples bouddhistes, vous avez d'un côté la profusion des offrandes: billets, fruits et fleurs à foison ; et comment les disciples se bousculent pour les offrir à Bouddha. Face à eux les moines, qui eux ont renoncé à tout, y compris à leurs cheveux, sachez qu'il peut y avoir également quelques femmes moines. Ils vivent uniquement de la charité et de la nourriture des croyants, et ne rompent le silence parfois que pour chanter des mantras enivrants.


J'ai encore tant à découvrir sur ce pays, je m'étonne toujours de voir les petites filles et les jeunes femmes venir me dire "Hi" et me toucher comme si j'étais quelqu'un de connu. Et quand j'essaye de leur parler en cingalais (quelques mots bien sûr), elles sourient toutes étonnées et s'enfuient sans me répondre, elles sont touchantes. J'aimerai bien pouvoir échanger plus avec eux, leurs histoires, leurs coutumes, leurs rêves...La spiritualité qui émane de cette terre, cette nature et ses habitants m'a ramené à mon propre "moi". Je vous souhaite de trouver un jour votre pays de cœur pour vivre comme moi cette renaissance, retrouver ses valeurs, les vrais non polluées par nos croyances, vestiges de mauvaises expériences passées...


Je parle beaucoup de mes Sri Lankais, mais je n'oublie pas mes proches, et surtout celle qui a fait que je découvre ce pays. Elle ne le sait peut-être pas mais elle m'a souvent réconciliée avec la nature humaine également, par son optimisme et sa foi envers l'autre, malgré les multiples batailles que la vie lui a fait livrer. Elle ressent les personnes, comprend leur comportement et si on peut leur faire confiance. Je me suis ralliée à son avis maintes fois, à l'époque où j'avais perdue foi en moi et en ce que je ressentais. Je l'ai connu dans une autre vie, ou sinon comment son seul rire pourrait me faire autant de bien. Si elle pleure, mes yeux s'humidifient aussi. Elle a de grandes choses à accomplir, je le sais car elle aide énormément de personnes, bien qu'elle sous estime l'impact bénéfique qu'elle a sur eux.


Quand vous trouvez un pays comme celui ci et des personnes comme mon amie, et qu'ils produisent chez vous ces sentiments, ces sensations, vous êtes sur le bon chemin, celui qui vous mène...à vous même.


Una tierra para todos, y todos en la misma tierra (fin)




Ya te conté acerca de mi Sri Lanka, los animales y toda la flora, pero no tuve tiempo de hablarte de ... mis srilankeses ...


Nada ni nadie le ha dado a los habitantes de Sri Lanka esa bondad y esa luz tan presente en ellos. Se las deben a ellos mismos, las llevan dentro de sí mismos. Nunca me había conocido a gente tan real y cálida; su sonrisa como un rayo de sol, su sed de intercambiar, la curiosidad que los habita. Había perdido la confianza en los seres humanos, lograron convencerme sin saberlo, aún existe gente buena y sencilla.


Pude conversar extensamente con un miembro del equipo de uno de los hoteles donde me alojé. Estaba a cargo del huerto que generaba todas las frutas y verduras para la cocina. Era su orgullo, y estaba encantado de mostrarlo. ¿Hay algo más fresco y justo que papayas y zanahorias recién recolectadas para preparar la cena? Intercambiamos palabras en francés, él quería aprender, yo era su maestra según él. Le escribí algunas palabras en francés en un papelito, que él siempre llevaba consigo.




Lo más divertido (lástima que no tengo foto) fue el guía del Museo de Historia Natural de Colombo, con quien tuve casi un tour privado. De hecho, había terminado ignorando a las otras 3 personas de mi grupo, notando que no estaban interesadas en su conocimiento. Yo fui la única que escuchó con atención, fue bastante divertido. Creo que tenía más de 50 años y terminó contándome todo sobre sus 5 hijos, al mismo tiempo que me explicaba la geología y los animales a lo largo de los siglos en Sri Lanka. En poco tiempo, aprendí más sobre su vida de lo que sé sobre algunas de las personas que conozco.



Sus habitantes tienen pudor para ciertas cosas, como esconder las piernas en cuanto a ropa, que sean hombres o mujeres sin distinción, y al mismo tiempo muy abiertos y curiosos para conocer a los demás, sus costumbres y culturas, las respetan sin quererlas cambiar en la mayoría de los casos. Este hermoso país está lleno de contradicciones ! En los templos budistas, con la profusión de ofrendas: billetes, frutas y flores en abundancia; y cómo los discípulos se apresuran a ofrecerlos a Buda. Frente a ellos, los monjes, que han renunciado a todo, incluido a su cabello, saben que también puede haber algunas mujeres monjes. Viven únicamente de la caridad y la comida de los creyentes y, a veces, rompen el silencio para cantar mantras embriagadores.



Aún me queda mucho por descubrir de este país, siempre me sorprende ver a niñas y jóvenes venir y decirme "hola" y tocarme como si fuera una famosa. Y cuando trato de hablar con ellos en cingalés (unas pocas palabras por supuesto), sonríen de asombro y se escapan sin contestarme, que graciosas. Me gustaría poder intercambiar más con ellos, sus historias, sus costumbres, sus sueños ... La espiritualidad que emana de esta tierra, esa naturaleza y sus habitantes me regresó a mi "yo". Deseo que algún día encuentres tu país de corazón para vivir como yo este renacimiento, para encontrar tus valores, los verdaderos no contaminados por nuestras creencias, vestigios de malas experiencias pasadas ...


Hablo mucho de mis habitantes de Sri Lanka, pero no me olvido de mis amigos cercanos, y sobre todo de la que me hizo descubrir este país. Puede que no lo sepa, pero a menudo también me ha reconciliado con la naturaleza humana, a través de su optimismo y su fe en los demás, a pesar de las muchas batallas que la vida le ha hecho pelear. Ella siente a las personas, comprende su comportamiento y si se puede confiar en ellas. Seguí sus consejos una y otra vez, cuando perdí la fe en mí mismo y en lo que sentía. Nos conocimos en otra vida, o de qué otra manera su risa podría hacerme tanto bien. Si llora, mis ojos también se mojan. Tiene grandes cosas que cumplir, lo sé porque ayuda a mucha gente, aunque subestima el impacto beneficioso que tiene en ellos.


Cuando encuentras a un país como este y gente como mi amiga, y te nacen o regresan estos sentimientos, estas sensaciones, estás en el camino correcto, él que te lleva ... a ti mismo.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout