• Svedana

Ma rencontre avec ... le Yoga


Pendant longtemps, j'ai été une adapte de la course à pied, puis quelques années des arts martiaux. Et puis j'ai commencé à découvrir le Yoga, et là j'ai compris que je venais de trouver non pas une pratique sportive comme on pourrait la qualifier, plutôt un moyen de me retrouver moi même, mon corps, mon esprit, les deux en parfaite connexion.


Tout d'abord revenons à la course à pied, le besoin de courir est né très jeune, durant l'adolescence. C'était un challenge, encore plus quand je suis devenue asthmatique, une sorte de défi constant, un peu comme mon travail et le rythme effréné que je subissais à ce moment là (il n'y a qu'avec le recul que l'on se rend compte que nous ne maitrisons pas ce type de travail et/ou de vie, tout notre être le subit sans rien exprimer ou presque). J'aimais courir, toujours en extérieur, dans la nature ou dans les parcs, même par temps de froid, la musique dans les oreilles ou avec des amis. Pourtant après réflexion, je courrais après quoi? Un sentiment de maitrise de ma respiration? Un dépassement de mes limites?



Jujitsu woman

J'ai ensuite voulu m'essayer aux arts martiaux. En fait je cherchai un sport de combat pour me défouler, un besoin de sortir un peu une colère latente, et d'avoir une base de self défense, une femme a forcément besoin d'avoir cela. Je me suis tournée vers le Jujitsu, il est la base des autres arts martiaux, donc cela me paraissait parfait pour une entrée en matière. J'ai pratiqué 4 ans (ceinture bleue!) avec un groupe très sympa, en majorité ayant appris sur le tard comme moi (après 30 ans), et avec 2 bons professeurs. J'aimais la discipline qu'il y régnait: saluer avant d'entrée sur le tatami et en sortant, de même son adversaire, respecter les parties du corps à ne pas frapper. En même temps c'était un lieu où je pouvais taper en toute impunité, et aussi prendre des coups, tomber, voler un jour même (ahahahaha) et essayer d'acquérir des réflexes pour esquiver et chuter proprement (c'est super pratique ça!).



Physiquement c'était très éprouvant, je me retrouvais avec d'énormes bleus, des courbatures qui restaient présentes des jours, bref une torture pour le corps mais mon esprit réussissait à se calmer sur le tatami, je ne pensais plus à rien d'autre quand j'y étais. Avec le recul, je pense également que je cherchais à repousser mes limites, m'élever au niveau physique des hommes peut-être également et donc me défendre ; et un besoin de maitrise comme avec la course à pied. A la différence que les arts martiaux sont basés sur une stricte discipline, une bonne attitude, c'est également avoir l'esprit clair et concentré (on a vite fait de vous mettre au sol si ce n'est pas le cas) ; on apprend à se connaitre et on libère notre esprit du stress.



Les arts martiaux m'ont permis d'être plus ouverte quand j'ai rencontré le Yoga, car comme certains ou certaines d'entre vous, je pensais que c'était un sport lent, mou, pas assez dynamique pour moi, blablabla et autres suppositions que l'on fait quand on ne connait pas, ou qu'on n'a pas rencontré les bonnes personnes pour vous le présenter. Les premières fois je l'ai découvert en association, c'était confus, mélangé je pense à du Pilates et je me suis même bloqué le dos sur une position mal réalisée (je ne savais pas). J'ai laissé tombé jusqu'au jour où je l'ai à nouveau découvert au Sri Lanka, et là je n'ai pas pratiqué le Yoga, j'ai commencé à "être Yoga". Cela ne s'est pas fait du jour au lendemain, mon professeur m'a amené petit à petit sur le chemin de la connaissance du Yoga, de moi même et de la connexion corps-esprit-âme. Contrairement aux autres professeurs, avec lui je l'ai découvert à mon rythme, pas à pas, comme l'Ayurvéda c'est la régularité qui a payée. J'ai également découvert grâce à lui que les Asanas ou positions n'étaient qu'une infime partie du Yoga, le Pranayamas (techniques de respirations), les Sukshma Vyayamas (travail sur les articulations), le Yoga Nidra (relaxation), la méditation, les mantras, la philosophie et la connaissance de soi ainsi que des personnes, ....toutes ses techniques sont le Yoga.


Pour ressentir les bienfaits du Yoga, une discipline quotidienne est indispensable, même 5-10 minutes peuvent tout changer. Ne pas forcer son corps également, respecter ses limites tout en essayant chaque jour d'aller plus loin. Se connecter à son corps à chaque mouvement par la respiration, la conscience de ce qu'on fait et être dans l'instant présent. Je le vois dans l'évolution en 1 an de ma pratique et les bienfaits (mon ostéopathe n'en revient pas, ma colonne vertébrale est au top). Avec le Yoga, et en m'imprégnant de son essence, j'ai trouvé mon bien être intérieur, et pas de façon éphémère comme avant, sinon dans mon quotidien, et une clarté de l'esprit qui m'a permis de prendre des décisions dans ma vie, de revoir ma relation avec moi même ainsi qu'avec les autres.



N'allez pas penser que je suis au delà du monde réel, un peu trop perchée diraient certains, pas du tout. Désormais j'accepte le monde comme il est, n'essayant pas de vouloir maitriser les choses ou les réactions, sentiments des personnes. J'ai compris ce qui ne dépendait pas de moi, j'ai aussi laisser aux autres certaines responsabilités qui n'étaient pas les miennes, octroyant l'énergie que je cédais à tout cela pour d'autres choses plus productives, en accord avec mon âme, mes ressentis (vous savez quand vous vous sentez bien de faire quelque chose, et non pas quand vous réalisez quelque chose en ayant presque la nausée, car tout votre être vous indique qu'elle n'ait pas en accord avec cela, ça vous parle?). Je suis simplement consciente de qui je suis désormais, que le changement fait partie de la vie, tout est un cycle comme la lune, les saisons, les cultures, la nature en soi, et que de vouloir s'accrocher ou de ne pas se délester du passé nous fait tourner en boucle au lieu de passer de cycle en cycle, comme cela est prévu. Et puis j'ai retrouvé le plaisir de former les personnes en donnant les cours de Yoga, et ça, cet enrichissement, est un cadeau supplémentaire depuis que je "suis Yoga".



Vous ai-je inspiré? Avez vous compris que ma recherche de maitrise était veine, nous ne maitrisons rien ; que dépasser ses limites c'est forcer les choses alors qu'en accompagnant son corps c'est là qu'il vous étonnera (je suis encore surprise d'arriver maintenant à toucher le sol en me penchant en avant). Vouloir être quelqu'un d'autre (avec des combats pour se mesurer aux hommes, avec un Asana sans comprendre son bienfait,juste pour le challenge et avoir un corps hyper musclé) vous éloigne de votre essence, du Moi, et vous déconnecte de ce que vous êtes réellement. Car en Yoga, pas de challenge, à part celui de se connaitre et découvrir qu'on ait bien chez Soi, dans son corps, son âme et son esprit.



19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout